Emprunter pour investir consiste à emprunter une certaine somme, puis à l’investir dans des placements. En agissant de cette façon, vous pouvez investir davantage que si vous utilisiez seulement vos épargnes.

Cette stratégie, qui tire profit de l’effet de levier, peut notamment stimuler des rendements, être fiscalement avantageuse, forcer l’épargne et vous permettre d’obtenir une plus grande participation aux marchés boursiers. Mais attention : elle comporte des risques importants et ne convient pas à tout le monde.

Quelques points importants à vérifier avant d'emprunter

La personne qui vous offre l’investissement

Vérifiez que la personne et l’entreprise pour laquelle elle travaille sont autorisées à offrir les produits financiers qu’elles vous recommandent. Pour ce faire, vous pouvez appeler au Centre d’information de l’Autorité ou consulter le Registre des entreprises et des individus autorisés à exercer.

Notez les grandes lignes de toutes les conversations que vous avez avec votre représentant pour pouvoir vous y référer au besoin.

Le placement et la stratégie

Lisez attentivement la documentation reçue pour bien comprendre et évaluer les risques liés à cette stratégie. Est-ce que le rendement pourrait être inférieur au taux d’emprunt (une fois l’impôt pris en compte)? Est-ce que les placements recommandés pourraient perdre de la valeur? Que feriez-vous si une telle situation se produisait?

Le prêt

Si vos placements perdent de la valeur, l’institution financière qui vous a prêté les sommes pourrait exiger que vous remboursiez immédiatement une partie ou la totalité du prêt. Vous aurez alors perdu de l’argent. De plus, le fait que vous perdiez de l’argent ne diminue pas la valeur du prêt que vous avez contracté ni les intérêts à payer.

Exemple

Supposons que vous avez emprunté 100 000 $ et avez investi cette somme dans un placement qui subit une forte baisse et ne vaut plus que 60 000 $. Votre institution financière pourrait exiger que vous remboursiez immédiatement une partie ou la totalité du prêt. Vous ne pourriez alors plus espérer récupérer les sommes investies, et ce, même si la valeur du placement remontait.

Généralement, un prêt consenti pour faire un placement ne devrait pas dépasser 30 % de votre avoir netL'avoir net est ce qu'une personne ou une entreprise possède (son actif : argent à la banque, bâtiments, meubles, etc.) moins ses dettes (son passif : prêt hypothécaire, etc.). de dettes et 50 % de votre avoir liquide libre de dettesL'avoir net est ce qu'une personne ou une entreprise possède (argent à la banque, bâtiments, meubles, etc.) moins ses dettes. L'avoir liquide libre de dettes est la partie de l'avoir net qui peut être convertie en argent comptant de façon facile et rapide.
L'avoir liquide libre de dettes peut par exemple inclure les actions que la personne possède à la bourse (pouvant être vendues très rapidement), mais pas ses édifices (dont la vente s'étale sur une plus longue période).
. Par exemple, si vous avez une valeur nette liquide de 200 000 $, vous ne devriez pas contracter un prêt de plus de 100 000 $ pour investir. Pour vous aider, vous pouvez utiliser un bilan financier. Attention! Ce n’est pas parce que vous respectez ces limites qu’emprunter pour investir vous convient.

Votre situation personnelle

Voici quelques conseils à retenir :

  • Assurez-vous de ne pas avoir besoin de retirer les sommes investies avant 5 à 10 ans.
  • N’empruntez que le montant que vous pouvez rembourser sans avoir à vendre votre investissement.
    Par exemple, vous devriez pouvoir rembourser votre prêt même si la valeur de votre placement tombait à 0.
  • Vérifiez votre tolérance au risque.
    Est-elle suffisamment élevée pour que vous puissiez utiliser l’investissement par emprunt? Cette stratégie ne convient généralement pas au client conservateur qui recherche des placements à faible risque. Anticipez et estimez combien d’argent vous perdriez dans la pire des éventualités. Par exemple, si les marchés boursiers perdaient 30 % de leur valeur, quelle serait la perte sur vos placements en dollars? Seriez-vous capable de supporter cette baisse? Sachez que malgré ces pertes, vous êtes tenu de rembourser votre prêt.
  • Assurez-vous d’avoir une situation financière saine.
    Si vous avez de la difficulté à faire les paiements sur vos dettes et emprunts actuels, comme une hypothèque ou des cartes de crédit, emprunter pour investir ne vous convient probablement pas. Vous devriez être en mesure de rembourser le prêt (et ses intérêts) sans que cela vous cause des problèmes financiers.

Une fois le prêt contracté

Avisez votre représentant si votre situation financière se détériore ou subit des changements importants. Par exemple, un divorce, une perte d’emploi ou l’arrivée à la retraite sont des éléments qui devraient vous inciter à réévaluer la convenance d’une telle stratégie.

Surveillez les taux d’intérêt, car lorsqu’ils augmentent, le coût d’emprunt augmente généralement.

Panneau d'information

Une question ou une insatisfaction en lien avec ce sujet?

Communiquez avec nous pour de l’information et de l’assistance.

Fin du panneau d'information
Information importante

Avez-vous un taux effectif d’imposition marginal (TEMI) suffisamment élevé pour profiter de la déduction fiscale?

Le TEMI donne le pourcentage d’impôt que vous payez lorsque vous gagnez un dollar de plus, en tenant compte des principaux programmes sociaux comme l’Allocation canadienne pour enfants et le crédit pour TPS. Si vos revenus augmentent, les prestations offertes pourraient être réduites. Un des avantages de la stratégie est que vous pouvez généralement déduire les intérêts payés sur les sommes empruntées. Emprunter pour investir convient donc davantage à un client dont le TEMI est suffisamment élevé. Toutefois, ne considérez pas seulement ce critère pour décider d’utiliser ou non cette stratégie.

Fin de l'information importante