Valeurs mobilières

TORONTO – Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) mettent en garde les Canadiens contre la fraude sur les options binaires, les exhortant à se renseigner sur les risques associés à ces produits et les préjudices graves qu’ils pourraient leur causer. Au Canada, le nombre de victimes de ce type de fraude ne cesse d’augmenter, et ces stratagèmes d’enrichissement rapide sont dangereux.

« Pour faire face à ce problème grandissant, nous avons mis sur pied un Groupe de travail sur les options binaires chargé de conscientiser les Canadiens et de les protéger contre ce phénomène, et nous avons également lancé un nouveau site de ressources en ligne, www.Alerteoptionsbinaires.ca, dans le cadre d’une campagne visant à sensibiliser les Canadiens à ces stratagèmes », a déclaré Louis Morisset, président des ACVM et président-directeur général de l’Autorité des marchés financiers.

« La fraude sur les options binaires est l’un des principaux types de fraude financière auxquels sont exposés les Canadiens de nos jours », a déclaré Jason Roy, président du Groupe de travail sur les options binaires des ACVM, et enquêteur principal à la Commission des valeurs mobilières du Manitoba. « Nous tenons à que les Canadiens sachent qu’aucune personne ou société commercialisant des options binaires au Canada n’est inscrite à cette fin. Des familles de tous les groupes démographiques subissent des pertes financières à cause de ces produits. Nous voulons que les Canadiens comprennent les dangers financiers qui y sont associés. »

Les options binaires sont comparables à un pari où les investisseurs misent sur le rendement d’un actif sous-jacent, souvent une monnaie, un indice boursier ou une action, généralement dans un laps de temps très court – parfois des heures, ou même des minutes. À l’échéance, ils gagnent un montant prédéterminé, ou ils perdent carrément leur mise.

Les « courtiers » en options utilisent des sites Web et des publicités sur les médias sociaux pour commercialiser leur produit, d’où la difficulté de savoir où ils sont situés. La vaste majorité des sites d’options binaires sont truqués afin d’appâter la victime en lui faisant réaliser de petits gains au départ. Souvent, il n’y a pas de réelle opération, et cette interaction a pour seul but de soutirer de l’argent. Une fois que des sommes plus importantes sont investies, les pertes commencent à s’empiler, souvent sous forme de retraits par carte de crédit non autorisés et d’envois d’argent à l’étranger à une entreprise non inscrite. Or, après s’être fait dérober son argent, la victime n’a presque aucune possibilité de le récupérer.

Le Groupe de travail sur les options binaires a entrepris un certain nombre de mesures d’envergure en vue de protéger les Canadiens contre les vendeurs non inscrits, notamment la coopération avec des annonceurs en ligne et des sociétés de téléphonie mobile pour éliminer la publicité sur les options binaires et les applications mobiles de négociation de ces produits au Canada, la coordination des efforts entre organisations et gouvernements à l’international, la création et la tenue d’un système de partage et de suivi de l’activité frauduleuse au pays, et une étroite collaboration avec les équipes dédiées à la lutte contre la fraude au sein des grands émetteurs de cartes de crédit et institutions financières pour couper les mécanismes de financement.

Les ACVM exhortent les Canadiens à prendre les mesures de précaution suivantes lorsqu’ils envisagent d’investir dans un nouveau produit :

  • ne jamais envoyer d’argent à un inconnu, en ligne ou par téléphone;
  • ne jamais divulguer de renseignements personnels sensibles en ligne ou par téléphone;
  • bien se renseigner sur un investissement avant de s’engager;
  • vérifier sur le site www.sontilsinscrits.ca que l’entreprise ou la personne proposant l’investissement est bel et bien inscrite;
  • vérifier régulièrement les relevés (bancaires, de carte de crédit, etc.) pour s’assurer qu’aucuns frais de marchands inconnus ni achat non autorisé n’y figurent.

Les vendeurs d’options binaires ne ciblent pas leurs victimes parmi un profil particulier. Nul n’est à l’abri, quels que soient son âge, son sexe ou ses compétences en placement. Pour de plus amples renseignements à ce sujet et pour signaler des cas de fraude présumés ou confirmés aux ACVM, consulter le site www.Alerteoptionsbinaires.ca.

###

Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM)

Les ACVM sont le conseil composé des autorités provinciales et territoriales en valeurs mobilières du Canada. Elles coordonnent et harmonisent la réglementation des marchés des capitaux du Canada. Elles ont pour mandat de protéger les investisseurs contre les pratiques déloyales et frauduleuses par la réglementation du secteur des valeurs mobilières.

Renseignements :
Janine Allen
Kaiser Lachance Communications
T. : 647.725.2520, poste 214
C. : 416.271.7002
janine.allen@kaiserlachance.com

Pour toute question sur la fraude liée aux options binaires ou d’autres types de fraudes ou stratagèmes possibles, consulter le site Web www.autorites-valeurs-mobilieres.ca ou www.Alerteoptionsbinaires.ca.