ACVM Valeurs mobilières

Montréal – Une nouvelle étude réalisée à la demande des Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) révèle que les Canadiens comprennent l’importance d’être des investisseurs informés mais qu’ils ne mettent pas en pratique leurs connaissances, ce qui les rend plus vulnérables aux fraudes en matière d’investissement.

Selon l’étude, un répondant sur trois déclare s’être vu proposer un placement frauduleux. Si bon nombre de répondants (86 %) sont sensibles à l’obligation de déclarer les occasions d’investissement douteuses, peu d’entre eux (14 %) le font. Malgré leur expérience avec la fraude, un peu plus de la moitié des répondants (51 %) croient être autant que quiconque des victimes potentielles, tandis que 47 % sont d’avis que la fraude en matière de placement est monnaie courante. Les Canadiens sont d’avis que la sensibilisation des investisseurs et l’expulsion des contrevenants devraient être des priorités fondamentales des autorités de réglementation.

Voilà quelques-unes des constatations de l’Indice ACVM des investisseurs, dont la parution coïncide avec le début du mois de l’éducation des investisseurs en octobre. Le sondage, mené par Innovative Research Group Inc., a permis d’interroger plus de 5 000 Canadiens sur leurs connaissances et leurs compétences en matière d’investissement, leur compréhension et leur expérience de la fraude, de même que leur connaissance des autorités en valeurs mobilières et leurs attentes à l’égard de celles-ci.

« Nous disposons pour la première fois d’un instrument qui nous permet d’évaluer avec précision, à intervalles réguliers, les attitudes et le comportement des investisseurs d’un océan à l’autre, affirme Jean St-Gelais, président des ACVM. Nous entendons utiliser les renseignements recueillis pour cerner les lacunes dans les connaissances et les combler pour faire des Canadiens des investisseurs engagés, et bien informés. »

Les Canadiens semblent saisir l’importance d’investir et la valeur de la sensibilisation. La majorité des répondants (72 %) épargnent ou investissent pour leur avenir, principalement au moyen de REER et de régimes de retraite. En outre, plus de la moitié des répondants comprennent l’importance d’appliquer des concepts clés comme la diversification (64 %). Cependant, d’autres résultats montrent que les connaissances ne sont pas mises en application :

  • La plupart des répondants (88 %) jugent important d’avoir un plan financier, mais plus de la moitié (58 %) n’en possèdent pas.
  • La plupart des répondants (92 %) considèrent comme important d’effectuer des recherches indépendantes avant d’investir. Malgré cela, 49 % n’ont pas effectué personnellement de recherches préalables lors de leur dernier investissement, et 22 % ont investi dès qu’ils ont appris l’existence d’une occasion de placement. Parmi les 44 % qui n’ont pas effectué de recherches personnelles avant d’effectuer leur dernier investissement, 72 % s’en sont remis exclusivement à l’avis de leur conseiller financier.
  • Plus de la moitié des répondants (51 %) ont confiance en leurs décisions de placement, et 64 % ont dit connaître les sources à consulter pour vérifier les occasions de placement. Toutefois, les résultats sont mitigés au chapitre de la compréhension des concepts de base (comme la tolérance du risque).

Par ailleurs, l’étude met en lumière des différences entre certaines données recueillies dans les différentes régions du Canada.

Alberta

  • 42 % des répondants possèdent un plan financier assorti d’objectifs de placement clairs, tandis que 60 % disent connaître leur placement le plus récent et être en mesure d’en expliquer en détail les risques et les avantages (donnée  nationales : 38 % et 53 %, respectivement).
  • Les Albertains sont les plus nombreux (57 %, donnée nationale : 48 %) à effectuer des recherches avant d’investir et 72 % d’entre eux (donnée nationale : 65 %) déclarent s’accorder un temps de réflexion avant d’investir.
  • 38 % des répondants croient qu’une occasion de placement frauduleuse leur a été proposée.
  • 80 % des répondants estiment important de déclarer les cas de fraude en matière de placements, même les soupçons, mais 10 % seulement les signalent effectivement aux autorités (donnée nationale : 14 %).

Région atlantique

  • Les répondants de cette région sont les plus nombreux (43 %) à croire qu’une occasion de placement frauduleuse leur a été proposée (donnée nationale : 36 %).
  • 32 % des répondants seulement jugent probable que la fraude en matière de placements est répandue dans leur province (donnée nationale : 47 %).
  • 23 % des répondants seulement disent connaître l’existence d’un organisme provincial de réglementation en matière d’investissement (donnée nationale : 45 %).
  • 91 % des répondants qualifient d’« extrêmement important » ou de « très important » d’« éduquer les investisseurs pour qu’ils puissent mieux se protéger contre la fraude ».

Colombie-Britannique

  • 92 % des répondants jugent important d’avoir un plan financier (donnée nationale :  88 %).
  • Parmi ceux qui estiment qu’une occasion de placement frauduleuse leur a été proposée, 14 % (donnée nationale : 11 %) disent y avoir investi de l’argent.
  • 52 % des répondants jugent que la fraude en matière de placements est répandue dans leur province (contre 47 % au Canada, 38 % en Alberta et 32 % dans les Maritimes).
  • 68 % des répondants disent savoir où aller chercher des informations sur les occasions de placement.

Ontario

  • 92 % des répondants jugent important d’avoir un plan financier, mais seulement 40 % possèdent un tel plan assorti d’objectifs de placement clairs (donnée nationale : 38 %).
  • Parmi les 41 % des répondants qui croient qu’une occasion de placement frauduleuse leur a été proposée, 11 % déclarent y avoir investi de l’argent.
  • 50 % des répondants estiment que la fraude en matière de placements est répandue dans leur province (donnée nationale : 47 %).
  • 70 % des répondants se disent inquiets de ne pas avoir suffisamment d’économies pour répondre à leurs besoins (donnée nationale : 66 %).

Prairies

  • 85 % des répondants conviennent qu’ils ne devraient pas investir sans effectuer de recherches indépendantes, mais seulement 45 % ont effectué personnellement des recherches avant leur dernier investissement (donnée  nationale : 48 %).
  • 34 % des répondants estiment que la fraude en matière de placements est répandue dans leur province, et 33 % des répondants croient qu’une occasion de placement frauduleuse leur a été proposée.
  • 62 % des répondants disent s’être vu offrir des placements frauduleux sur Internet (donnée nationale : 49 %).
  • 53 % des répondants disent bien connaître leur placement le plus récent et être en mesure d’en expliquer les risques et les avantages; 19 % des répondants croient ne pas bien saisir le degré de risque de chacun de leurs placements (donnée nationale : 12 %).

Québec

  • 31 % des répondants possèdent un plan financier assorti d’objectifs de placement clairs (donnée nationale : 38 %).
  • 94 % des répondants sont d’accord avec l’affirmation selon laquelle ils ne devraient pas investir sans effectuer de recherches indépendantes, mais 39 % d’entre eux seulement ont effectué personnellement des recherches sur leur dernier placement (donnée nationale : 48 %).
  • 51 % des répondants jugent que la fraude en matière de placements est répandue dans leur province, et 58 % croient qu’ils risquent autant que quiconque d’en être victimes, ce qui est supérieur à la moyenne nationale de 51 %.
  • 35 % des répondants croient que la meilleure façon de faire de l’argent à la Bourse est de chercher de l’information privilégiée (donnée nationale : 19 %).

L’analyse complète des résultats du sondage peut être consultée en ligne sur le site Web des ACVM, à l’adresse www.autorites-valeurs-mobilieres.ca Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre.

L’Indice ACVM des investisseurs est une étude qui conjugue un sondage téléphonique par composition aléatoire et une enquête en ligne approfondie. Le sondage téléphonique, auquel ont participé 2 000 répondants a servi à établir un taux d’incidents aux fins de la pondération des profils de placement des Canadiens.

L’enquête en ligne a permis d’établir le profil des segments des investisseurs et de réunir un important échantillon de Canadiens qui ont été victimes de fraude. L’enquête en ligne de l’Indice ACVM des investisseurs a été menée par Innovative Research Group Inc., (www.innovativeresearch.ca Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre), un cabinet national de recherche sur l’opinion publique, du 10 au 31 août 2006. Les résultats sont tirés de 5 568 interviews complètes en ligne auprès de Canadiens âgés de 18 ans et plus.

L’échantillon a été pondéré en fonction de données recueillies par téléphone sur le comportement des Canadiens en matière de placements et de données du recensement de 2001, pour obtenir un échantillon représentatif de la population. Vu la taille de l’échantillon, les résultats agrégés sont considérés comme précis à ±1,79 point de pourcentage près, 19 fois sur 20 (la marge d’erreur varie entre segments régionaux).

Les ACVM sont le conseil composé des autorités provinciales et territoriales en valeurs mobilières. Elles coordonnent et harmonisent la réglementation des marchés des capitaux du Canada. Elles ont pour mandat de protéger les investisseurs contre les pratiques déloyales et frauduleuses tout en favorisant l’équité et l’efficacité des marchés, notamment par la sensibilisation des investisseurs aux risques, aux responsabilités et aux avantages associés à l’investissement.

— 30 —

Pour obtenir de plus amples renseignements :

Site Web des ACVM : www.autorites-valeurs-mobilieres.ca Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre

Membres des ACVM

Personne ressource

Numéro de téléphone

Courriel

Alberta Securities Commission

Tamera Van Brunt

403-297-2664

tamera.vanbrunt@seccom.ab.ca

Autorité des marchés financiers

Frédéric Alberro

514-395-0558, poste 2176

--

British Columbia Securities Commission

Andrew Poon

604-899-6880

APoon@bcsc.bc.ca

Commission des valeurs mobilières de l’Ontario

Laurie Gillet

416-595-8913

lgillet@osc.gov.on.ca

Commission des valeurs mobilières du Manitoba

Ainsley Cunningham

204-945-4733

aicunningh@gov.mb.ca

Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick

Natalie Green

506-643-7745

natalie.green@nbsc-cvmnb.ca

Department of Attorney General, Île-du-Prince-Édouard

Mark Gallant

902-368-4552

mlgallant@gov.mb.ca

Financial Services Regulation Division, Terre-Neuve-et-Labrador

Doug Connolly

709-729-2594

Connolly@gov.nl.ca

Innovative Research Group

Greg Lyle

416-642-6429

glyle@innovativeresearch.ca

Nova Scotia Securities Commission

Chris Pottie

902-424-5393

pottiec@gov.ns.ca

Registraire des valeurs mobilières, Nunavut

Gary Crowe

867-975-6190

GCrowe@gov.nu.ca

Registraire des valeurs mobilières, Territoires du Nord-Ouest

Donald MacDougall

867-920-8984

donald_macdougall@gov.nt.ca

Registraire des valeurs mobilières, Yukon

Richard Roberts

867-667-5225

Richard.roberts@gov.yk.ca

Saskatchewan Financial Services Commission

--

--

www.publications.gov.sk.ca Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre