Assurance

Québec – L’Autorité des marchés financiers a rendu public aujourd’hui le rapport sur la tarification en assurance automobile au Québec en 2006 qui démontre que l’industrie de l’assurance automobile est en bonne santé et continue d’afficher des bénéfices d’exploitation appréciables. Cette situation ne peut qu’être favorable pour les consommateurs, puisqu’elle fait augmenter la concurrence en matière de tarification.

En effet, ce rapport, déposé aujourd’hui à l’Assemblée nationale par la ministre des Finances, madame Monique Jérôme-Forget, dévoile que l’analyse de la tarification pratiquée par les assureurs en 2006 montre qu’ils ont globalement affiché des bénéfices d’exploitation de l’ordre de 17,4 % des primes acquises. Ce niveau de bénéfices constitue le deuxième plus élevé à être présenté depuis 1983. L’excellente performance des résultats techniques affichés par l’ensemble des assureurs, combinée à de bons résultats provenant des activités de placement, permet ainsi aux assureurs de présenter ces bénéfices d’exploitation. Établis sur des périodes de dix et vingt ans, ces résultats (9,6 % et 7,2 %) sont remarquables et peuvent même dépasser les objectifs de rendement espérés par certains assureurs pour l’ensemble de leurs activités. Ainsi, les résultats présentés en 2006 constituent la poursuite d’une tendance favorable observée depuis les six dernières années. Les rendements de l’industrie de l’assurance automobile au Québec devraient continuer, en 2007, à se maintenir à des niveaux historiques.

De plus, le mouvement à la baisse des tarifs, diminution moyenne de 2,8 % pour les voitures de tourisme, constaté en 2006, pour une quatrième année consécutive, est une indication que le marché est efficace. Compte tenu de l’ampleur des bénéfices d’exploitation présentés en 2006, la concurrence devrait s’intensifier sur le plan des tarifs en assurance automobile au Québec au cours des prochaines années.

Pour sa part, l’offre d’assurance automobile au Québec est demeurée abondante en 2006 (101 assureurs en proposaient), même si le marché reste dominé par un nombre restreint d’assureurs ou groupes d’assureurs. Malgré cette concentration, l’analyse du marché de l’assurance automobile montre que celui-ci demeure diversifié et concurrentiel. De plus, notons que les assureurs qui sont établis au Québec dominent le marché québécois de l’assurance automobile avec une part de marché qui s’élève à 64 % en 2005 comparativement à 62 % en 2004, et que la progression des assureurs directs se poursuit avec une part de marché de 51,6 % en 2005 comparativement à 48,7 % en 2004.

Aussi, l’année 2006 a été beaucoup plus active en termes de modifications apportées aux manuels de tarification que les années précédentes. L’augmentation marquée de cette année est imputable, notamment au développement intense survenu dans le secteur des véhicules divers et récréatifs, ce qui a amené les assureurs à apporter plusieurs changements à leurs règles de classification et de tarification. C’est une indication additionnelle que l’offre d’assurance s’intensifie et que le marché de l’assurance automobile au Québec est concurrentiel et en constante évolution.

Encore cette année, les demandes de consultation des manuels de tarification ont été nombreuses. Les manuels de tarification des assureurs établis au Québec ont été consultés dans 74 % des cas en 2006.

Par ailleurs, l’examen des modifications apportées aux manuels de tarification permet de constater que l’utilisation du critère du pointage de stabilité financière (cote de crédit) dans le processus d’établissement de la prime est de plus en plus en vogue auprès des assureurs pratiquant l’assurance automobile au Québec.

Enfin, le montant total des sinistres pour l’ensemble des véhicules assurés est passé de 1,744 milliard de dollars en 2005 à 1,721 milliard de dollars en 2006, soit une baisse de 1,3 %. Par conséquent, le ratio sinistres / primes est de l’ordre de 58 % en 2006, ce qui en fait le deuxième meilleur ratio présenté au cours des vingt dernières années et explique en partie que les assureurs, dans leur ensemble, ont été en mesure de dégager un niveau de bénéfices d’exploitation appréciable pour l’année 2006.

Le consommateur a donc tout intérêt à faire jouer pleinement la concurrence, principalement en comparant les prix proposés et les services offerts par les différents assureurs. En outre, l’augmentation du nombre de consommateurs qui demandent davantage d’information et qui « magasinent » contribue à stimuler la concurrence dans le secteur.

Le rapport sur la tarification en assurance automobile au Québec en 2006 est disponible sur le site Web de l’Autorité des marchés financiers.

L'Autorité des marchés financiers est l’organisme de réglementation et d'encadrement du secteur financier du Québec.

— 30 —

Information :

Journalistes seulement :
Frédéric Alberro (514) 940-2176

Centre de renseignements : (877) 525-0337