Valeurs mobilières

Montréal – Durant cette période de l’année, plus de la moitié des Québécois vont cotiser à un régime enregistré d’épargne retraite (REER). Avant d’adhérer à un REER, l’Autorité des marchés financiers juge important que vous soyez bien renseigné sur le sujet.

Qu’est-ce qu’un REER?

Un REER est un abri fiscal qui vous permet de réaliser une croissance de votre actif à l’abri de l’impôt. Il sert principalement à accumuler de l’épargne en vue de la retraite. Le principal avantage des REER est sans conteste le fait qu’un particulier peut déduire, de son revenu gagné, le montant des cotisations qu’il a effectuées à son REER au moment de la préparation de ses déclarations de revenus. Son revenu imposable en est ainsi diminué.

Un individu peut cotiser à un REER, pour une année fiscale, jusqu’au 1er mars de l’année suivante. À titre d’exemple, pour l’année d’imposition 2005, un particulier pourra cotiser du 1er janvier 2005 au 1er mars 2006.

La limite de cotisation annuelle à un REER est de 18 % du revenu gagné jusqu’à concurrence d’un plafond fixé annuellement, qui est de 16 500 $ en 2005. Toutefois, un particulier qui participe au fonds de pension de son employeur voit le montant maximal diminué par le « facteur d’équivalence » déterminé par l’Agence du revenu du Canada et inscrit sur son feuillet T4. Un particulier peut cotiser à un REER jusqu’au 31 décembre de l’année où il atteint l’âge de 69 ans. Il est possible, à certaines conditions, de cotiser au REER de son conjoint et il peut parfois être avantageux d’emprunter pour cotiser à un REER. À ce sujet, vous pouvez consulter un professionnel en services financiers.

Si vous ne pouvez contribuer le maximum et ne l’avez pas fait par le passé, vos « crédits » de cotisation s’accumulent depuis 1991. Votre avis de cotisation d’impôt fédéral de l’année précédente indique votre maximum déductible.

Savez-vous que si vous avez plus de 18 ans, vous pouvez cotiser 2 000 $ en trop sans pénalité? Sachez toutefois que cette limite est cumulative et non annuelle. Si vous dépassez les 2 000 $, une pénalité de 1 % par mois s’applique à l’excédent. Les moins de 18 ans sont pénalisés pour tout excédent. Notez toutefois que seules les sommes qui ne dépassent pas votre maximum cotisable sont déductibles de votre revenu. Le 2 000 $ excédentaire n’est donc pas déductible de votre revenu tant qu’il est excédentaire. Il s’accumule néanmoins à l’abri de l’impôt.

L’Autorité des marchés financiers est l’organisme de réglementation et d’encadrement du secteur financier du Québec.

— 30 —

Information :

Journalistes seulement :
Philippe Roy (514) 940-2176
Émetteurs, courtiers, conseillers et représentants : (877) 525-0337, composez le 1 pour l’industrie
Consommateurs et épargnants : (877) 525-0337, composez le 8 pour les consommateurs

Actualités complémentaires