Bons du Trésor

Investissements à court terme garantis par un gouvernement

Avec un bon du Trésor, l'investisseur prête son argent au gouvernement fédéral ou à un gouvernement provincial. L'échéance est d'au maximum un an.

À l'échéance, le gouvernement rembourse une somme plus élevée que la somme prêtée. Par exemple, un investisseur qui place 9 800 $ dans un bon du Trésor recevra 10 000 $ un an plus tard. Cette valeur du bon à l'échéance est déterminée lors de l'émission.

Rendement espéré

Le rendement est déterminé par la différence entre la valeur du bon à l'échéance et le prix d'achat.

Avant cette échéance, la valeur marchande des bons du Trésor varie généralement en fonction des taux d'intérêt. Si les taux montent, la valeur d'un bon du Trésor diminue, et vice versa.

Liquidité

Les bons du Trésor peuvent généralement être vendus rapidement avant l'échéance.

Risque

Très faible. Les gouvernements garantissent les bons du Trésor qu'ils émettent. Le risque de défaut de paiement est donc très faible. De plus, les bons du Trésor étant des titres à court terme, le risque de variations importantes de la valeur marchande dues à une fluctuation des taux d'intérêt est limité.

Certificats de placement garanti (CPG)

Investissements à court ou long terme garantis par une institution financière

Avec un CPG, l'investisseur prête son argent à une institution financière qui lui verse des intérêts. Ces intérêts peuvent être réguliers (l'investisseur les touche périodiquement) ou composés (l'investisseur les touche uniquement à l'échéance).

L'échéance varie entre 30 jours et 10 ans.

À l'échéance, l'institution financière rembourse la valeur d'achat initiale du certificat de placement garanti (le capitalLe capital est une somme investie pour en tirer un profit, ou une somme prêtée sur laquelle un intérêt doit être payé.).

Rendement espéré

Le taux d'intérêt est habituellement fixe jusqu'à l'échéance.

Le rendement des CPG indiciels fluctue plutôt en fonction d'un indice, par exemple l'indice S&P/TSX 60 qui suit la valeur boursière de 60 grandes entreprises canadiennes.

Liquidité

La plupart des CPG doivent être conservés jusqu'à l'échéance. Cependant, certains peuvent être rachetés sur demande. Des pénalités peuvent alors s'appliquer.

Risque

Très faible à moyen. En règle générale, les CPG sont garantis par l'institution financière qui les émet. Certains CPG indiciels sont garantis, d'autres non.

Avec certains CPG, le capital est protégé par une assurance-dépôts en cas de faillite de l'institution financière. Cependant, certains ne le sont pas. Par exemple, les CPG non rachetables dont l'échéance est de plus de cinq ans ne sont pas garantis.

Obligations d'épargne

Investissements garantis par un gouvernement

Avec une obligation d'épargne, l'investisseur prête son argent au gouvernement fédéral ou à un gouvernement provincial. L'échéance est de un an ou plus.

L'investisseur reçoit alors des intérêts qui peuvent être réguliers (l'investisseur les touche périodiquement) ou composés (l'investisseur les touche uniquement à l'échéance).

À l'échéance, le gouvernement qui a émis l'obligation d'épargne rembourse la valeur nominale, soit une valeur établie lors de l'émission des obligations d'épargne.

Rendement espéré

Les taux d'intérêt des obligations d'épargne peuvent être calculés de différentes façons, par exemple :

  • fixes jusqu'à l'échéance
  • taux progressifs (les taux d'intérêt augmentent périodiquement d'une façon déterminée à l'avance)
  • taux de rendement minimal majorés à la hausse par l'émetteur si les conditions du marché l'exigent.

Liquidité

Un investisseur ne peut habituellement pas revendre son obligation d'épargne à une autre personne. Il peut cependant la revendre au gouvernement qui l'a émise. Le moment auquel il peut le faire varie selon l'obligation :

  • en tout temps
  • uniquement à intervalles déterminés
  • ou seulement à l'échéance.

Risque

Très faible. Une obligation d'épargne est garantie par le gouvernement qui l'a émise.

Obligations et débentures

Investissements garantis par un gouvernement ou une entreprise

Avec une obligation, l'investisseur prête son argent à un gouvernement ou à une entreprise. En règle générale, l'investisseur reçoit périodiquement des intérêts calculés selon un taux fixe. Parfois, il reçoit des intérêts dont le taux peut être majoré si les conditions du marché l'exigent.

L'échéance se situe généralement entre 1 an et 30 ans.

À l'échéance, l'investisseur se fait rembourser une somme prédéterminée à l'échéance: la valeur nominale.

On parle d'obligations à coupons détachés (ou à coupon zéro) lorsque la portion des intérêts (le coupon) est séparée du capital et vendue comme un investissement distinct.

Les obligations peuvent se négocier à un prix plus élevé ou plus bas que leur valeur nominale.

Rendement espéré

Le rendement vient de deux sources :

  • les intérêts versés
  • la différence entre le prix de vente de l'obligation (ou la valeur nominale reçue à l'échéance) et le prix payé pour l'obligation

La valeur marchande d'une obligation varie selon :

  • l'évolution de la cote de crédit de l'émetteur (plus le risque que l'émetteur ne paie pas est élevé, moins l'obligation a de valeur)
  • les taux d'intérêt (par exemple, si les taux d'intérêt diminuent, les intérêts prévus par l'obligation deviennent plus attrayants pour les investisseurs, et la valeur marchande de cette obligation augmente en conséquence).

Le rendement obtenu dépend du prix que vous payez. Par exemple, une débenture dont le taux d'intérêt est de 6 % rapportera 60 $ par année pour chaque tranche de 1 000 $ de sa valeur nominale (son prix à l'émission). Si vous achetez cette débenture 950 $, vous obtiendrez un rendement plus élevé que 6 %.

Certaines obligations permettent à l'entreprise qui les a émises de les racheter.

Liquidité

Les obligations sont vendues sur des marchés hors coteUn marché hors cote est un marché où se négocient des titres (par exemple, des obligations, des titres du marché monétaire, des actions) qui ne sont pas inscrits à la Bourse. C'est un marché entre courtiers.. Si l'émetteur éprouve des difficultés financières, l'investisseur pourrait ne pas réussir à revendre son obligation ou sa débenture.

Avec une obligation convertible, l'investisseur peut échanger son obligation contre des actions de l'entreprise qui l'a émise.

Risque

Faible à élevé. Une hausse des taux d'intérêt ou des difficultés financières de l'émetteur entraîneront une baisse de la valeur des obligations.

Les obligations de société sont habituellement garanties par des éléments d'actif précis. Les débentures sont semblables aux obligations, sauf qu'elles ne sont pas garanties par des éléments d'actif précis.

En cas de dissolution de l'émetteur, les obligations et les débentures donnent droit à une part des actifs restants de l'émetteur, en priorité sur les actionnaires.

Billets à capital protégé

Investissements à long terme habituellement garantis par une institution financière

Avec un billet à capital protégé, l'investisseur prête son argent à une institution financière. L'investisseur peut toucher un taux d'intérêt fixe. Il peut aussi toucher un intérêt qui fluctue en fonction :

  • d'un ou de plusieurs indices boursiersUn indice boursier est une statistique qui mesure l'évolution du marché boursier. Les indices boursiers sont fréquemment utilisés comme indicateur de l'état de l'économie.
  • de la valeur de certaines marchandises
  • du taux de change de certaines devises
  • etc.

Certains billets offrent un taux fixe pour une certaine période, par exemple pour la première année, puis un taux qui fluctue.

L'échéance est habituellement entre 5 et 10 ans.

À l'échéance, l'investisseur se fait rembourser son capital.

Rendement espéré

Le rendementUn rendement est le gain que vous retirez de votre placement, par exemple sous forme de revenus d'intérêts, de dividendes ou de gain en capital.

Le rendement est souvent calculé en pourcentage. Si un investissement de 1 000 $ rapporte 20 $ par année, on dira qu'il a un taux de rendement de 2 % (20 $ / 1 000 $ = 2 %).
dépend du taux d'intérêt versé. Si l'investisseur peut vendre son billet à capital protégé avant l'échéance, il fera également un gain (ou subira une perte).

Liquidité

Les institutions financières maintiennent habituellement un marché secondaire pour les billets à capital protégé qu'elles émettent. L'investisseur n'aura généralement pas de difficulté à vendre son billet à capital protégé avant l'échéance.

Risque

Moyen. Lorsque le billet à capital protégé est conservé jusqu'à l'échéance, son capital est garanti par l'institution financière. Si le billet est vendu avant son échéance, la garantie ne s'applique pas.

Puisque le rendement d'un billet fluctue habituellement en fonction de la valeur d'autres actifs, l'investisseur court le risque de recevoir des intérêts moindres qu'espérés, voire de ne recevoir aucun intérêt.

Dans certains cas, l'institution financière qui a émis le billet peut le racheter avant l'échéance. L'émetteur peut aussi limiter le rendement du billet.