Investir par soi-même : ça ne s’improvise pas!

Vous avez de l’argent à investir? Vous pouvez confier la tâche à un professionnel que vous rencontrerez en personne ou à un conseiller en ligne (robot-conseiller). Vous pouvez aussi gérer seul, en tout ou en partie, votre portefeuille de placements grâce au courtage à escompte. Cette option vous permet d’investir de façon autonome, notamment dans des actions négociées en bourse, des obligations et des titres de fonds, mais ne vous fait bénéficier d’aucun conseil. Vous êtes responsable de vos décisions et des résultats, qu’ils soient bons ou mauvais.

Bien que l’option puisse sembler intéressante, elle ne convient pas à tout le monde! Si vous choisissez d’utiliser une plateforme de courtage à escompte au lieu de confier la gestion de vos placements à un représentant ou à un conseiller en ligne, gardez en tête que vous devrez y consacrer des efforts.

Ne brûlez pas les étapes

Avant d’ouvrir un compte de courtage à escompte, vous devez être en mesure de distinguer les différents types d’investissement et de comprendre le fonctionnement des marchés financiers et même certains volets de la fiscalité. Pour choisir des investissements qui vous conviennent, vous devez connaître notamment les caractéristiques d’un placement, le risque encouru, la liquidité et le rendement potentiel.

Résistez à l’envie de vous lancer à l’assaut des marchés sans avoir d’abord établi votre profil d’investisseur, qui tient notamment compte de vos objectifs, de votre situation financière, de votre tolérance au risque, de vos connaissances en investissement et de votre horizon de placement. Visez-vous des rendements à court ou à long terme? Si la valeur de vos investissements baisse, est-ce que cela perturbera votre sommeil? Aurez-vous besoin de vos économies bientôt ou seulement dans 20 ans?

Vous aurez à déterminer dans quelles proportions vos actifs seront répartis entre les divers produits de placement : actions, obligations, placements garantis, etc. Une fois cela fait, vous pourrez choisir, parmi les investissements offerts, ceux qui vous conviennent le mieux. Les plateformes de courtage à escompte proposent des outils pour vous aider, mais vous devez être suffisamment à l’aise pour compléter l’exercice seul. Par exemple, si votre profil est « prudent », la proportion d’actions dans votre portefeuille sera plus faible que si vous avez un profil « audacieux ».

Êtes-vous un investisseur occasionnel ou actif?

Êtes-vous un investisseur occasionnel? Par exemple, vous envisagez de détenir des fonds négociés en bourse (FNB) indiciels et les conserver pendant une longue période de temps? Vous devrez alors connaître les caractéristiques et les objectifs des FNB que vous souhaitez détenir, vous assurer qu’ils conviennent à vos objectifs et en faire le suivi. Cela demandera une certaine implication de votre part, mais représentera toutefois moins de travail que de détenir des titres individuels comme des actions ou des obligations.

Pensez-vous être un investisseur plus actif? Par exemple, vous envisagez de choisir vous-même des actions pour composer votre portefeuille ou encore d’acheter et de vendre régulièrement des titres? Pour gérer activement votre portefeuille de manière autonome, vous devrez y consacrer plus de temps que vous le feriez à titre d’investisseur occasionnel afin de suivre l’évolution des marchés, la pondération de votre portefeuille et les perspectives économiques, et de rester à l’affût des autres facteurs qui pourraient affecter la performance de vos investissements.

Vous croyez être un investisseur actif? Prévoyez quelques exercices de simulation

Avant de vous lancer, vous pourriez vous prêter à l’exercice d’une simulation boursière telle que Bourstad Ce lien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. Les connaissances acquises avec une simulation vous aideront lorsque vous gérerez votre portefeuille réel.

Plusieurs courtiers en placement offrent également l’option d’ouvrir des comptes fictifs, où vous pouvez d’abord tester les fonctionnalités de leur plateforme. Si vous y avez accès, créez-vous un compte fictif qui tient compte de votre profil d’investisseur et de votre tolérance au risque pour que ce soit le plus réaliste possible, puis faites des essais afin d’évaluer les rendements que vous auriez obtenus.

Information importante

Les histoires d’investisseurs autonomes qui ont eu du succès peuvent faire rêver. Toutefois, que vous gériez votre portefeuille seul ou avec l’aide d’un représentant, gardez des attentes réalistes.

Fin de l'information importante

Considérez les frais et comparez les plateformes

Certaines plateformes ou applications ne facturent pas de commissions pour les transactions, mais peuvent facturer d’autres types de frais ou offrir des services plus limités que d’autres. Prenez le temps de vous assurer que les modalités de ces plateformes ou applications vous conviennent avant de faire votre choix. Par exemple, avec une plateforme ou application ne facturant pas de commissions pour les transactions, il est possible :

  • qu’il y ait des frais si votre compte est inactif ou si vous désirez le fermer;
  • que le choix des titres soit limité;
  • que le soutien technique, les fonctionnalités et les outils d’analyse ne répondent pas à vos besoins.

De plus, toutes les plateformes ne se valent pas – certaines plateformes sont plus faciles à utiliser que d’autres, offrent davantage d’outils et/ou des forfaits aux investisseurs actifs. Certains courtiers offrent des forfaits si vous faites beaucoup de transactions, ou si vous avez une somme d’argent importante à investir (par exemple, 50 000 $, 100 000 $ ou 500 000 $).

Il est donc important de noter que les frais et la qualité du service à la clientèle des différentes plateformes et applications peuvent varier. Il s’agit pour vous de déterminer ce qui vous convient le mieux selon vos besoins. Avant d’arrêter votre choix, comparez les applications en procédant à certaines vérifications. Par exemple :

  • Vérifiez comment la plateforme fonctionne.
  • Vérifiez la qualité du service à la clientèle. Est-ce facile de joindre l’entreprise?
  • Pouvez-vous communiquer avec le service à la clientèle dans votre langue?
  • Vérifiez que le courtier est inscrit au Registre des entreprises et individus autorisés à exercer.