N’attendez pas d’être chez le notaire pour choisir une hypothèque qui vous convient. Avant de signer un contrat de prêt hypothécaire, vérifiez les points suivants:

Vos finances personnelles

  • Le montant que vous désirez emprunter respecte votre budget (pas seulement les ratios financiers des institutions financières). Par exemple :
    • Vos revenus sont suffisamment stables pour que vous puissiez effectuer vos remboursements hypothécaires.
    • Vous avez la discipline requise pour bien gérer vos finances.
    • Vous connaissez les coûts associés à la possession de la maison, par exemple les frais initiaux (notaire, frais d’inspection, déménagement, coûts de l’assurance prêt hypothécaire, etc.), les coûts d’électricité, les taxes scolaires et municipales, les assurances, l’entretien, etc.
  • Vous avez vérifié votre capacité à faire face à une hausse de taux d’intérêt, pas seulement pendant le terme de votre hypothèque, mais également pendant toute la période d’amortissement. Vous avez utilisé le calculateur de l'AMF au besoin.
  • Vous savez si vous aurez besoin d’une assurance prêt hypothécaire ou si c’est avantageux pour vous d’en avoir une. Vous avez utilisé des calculateurs hypothécaires au besoin.
  • Vous avez vérifié si utiliser le régime d’accession à la propriété (RAP) est avantageux pour vous.
  • Votre dossier de crédit ne contient pas d’erreurs.
  • Vous connaissez vos besoins d’assurance en cas d’invalidité, de maladie grave ou de décès. Vous n’acceptez pas automatiquement une assurance-crédit du prêteur, mais avez bien magasiné.

Le courtier hypothécaire (si applicable)

L'hypothèque

  • Vous avez magasiné votre prêt hypothécaire longtemps d’avance, par exemple trois mois.
  • Vous avez choisi le type d’hypothèque qui vous convient (hypothèque traditionnelle ou parapluie) en connaissant bien les avantages et inconvénients des deux.
  • Vous avez négocié le meilleur taux d’intérêt possible plusieurs mois d’avance.
  • Vous connaissez les pénalités applicables pour mettre fin à votre hypothèque en cas de besoin et ça vous convient.
  • Vous avez choisi une période d’amortissement qui vous convient en connaissant bien les avantages et inconvénients d’une période plus ou moins longue.
  • Vous avez choisi un type de taux d’intérêt (fixe, variable ou mixte) en connaissance de cause.