|  English Recherche avancée | Taille du texte: + - R 

À propos de l'Autorité Registre Salle de presse Carrières à l'Autorité Nous joindre
Flux RSS Suivez l'autorité sur Twitter Suivez l'autorité sur Facebook Suivez l'Autorité sur LinkedIn
Suivez-nous
  •  |  Imprimer

Options binaires - Plusieurs approches suspectes visent les Québécois

Le jeudi 07 mai 2015

Montréal – L’Autorité des marchés financiers invite les consommateurs québécois à faire preuve de grande prudence face à la multiplication récente d’approches suspectes effectuées par des entreprises étrangères non inscrites les incitant à investir dans les options binaires par le biais de plateformes de négociation en ligne.

« Au cours des dernières semaines, nos services d’enquête, notamment l’équipe affectée à la cybersurveillance, ont observé diverses manoeuvres issues d’entreprises principalement basées à Chypre, aux Îles Vierges et au Royaume-Uni qui semblent viser des Québécois » a indiqué Jean-François Fortin, directeur général du contrôle des marchés. « Nos enquêteurs ont notamment relevé la présence de bandeaux publicitaires annonçant des spéciaux pour les Québécois et de comptes de démonstration où l’on enregistre généralement plusieurs gains qui ne sont pas toujours aussi fréquents sur les comptes réels », a-t-il ajouté.

« Les options binaires peuvent être perçues comme une forme de "pari" où les investisseurs sont notamment invités à miser sur le rendement d’un bien, notamment une devise, un indice boursier ou une action généralement au terme d’un court délai. À l’expiration du délai, soit ils gagnent un montant déterminé à l’avance, soit il perdent leur mise, c'est "tout ou rien" », a expliqué Jean-François Fortin.

Les plateformes de négociation non autorisées proposant d’investir dans les options binaires sont parfois associées à des approches frauduleuses. Les Québécois devraient faire preuve de grande prudence car les conséquences peuvent être lourdes : grande difficulté voire impossibilité de récupérer leur argent et même vol d’identité.

De nouvelles victimes potentielles parmi les victimes

Des approches préoccupantes semblent viser spécifiquement des consommateurs qui auraient perdu de l’argent ou seraient incapables de récupérer leur argent après avoir investi auprès de plateformes de négociation en ligne non autorisées au cours des derniers mois.

« Plusieurs indices permettent de croire que certaines entreprises non-inscrites administreraient plusieurs plateformes. Certains consommateurs ayant ouvert un compte, transmis plusieurs informations personnelles, investi et perdu leur mise, semblent actuellement être la cible de sollicitations téléphoniques nombreuses et insistantes les incitant à investir sur une nouvelle plateforme. Ces sollicitations sont effectuées en français et certains des interlocuteurs tenteraient d’obtenir les numéros de carte de crédit des consommateurs. Nous croyons qu’il est important d’inviter le public à la prudence », a conclu Jean-François Fortin.

Certaines entreprises prétendraient même avoir été mandatées par un régulateur comme l’Autorité afin d’aider ces investisseurs à récupérer une somme précise d’argent récemment perdue en transigeant sur une plateforme non inscrite et les inciteraient à ouvrir un nouveau compte sur une nouvelle plateforme de négociation.

La négociation de dérivés en ligne, une activité réglementée

L’offre de services ou produits d’investissement, que ce soit à partir d’une plateforme électronique sur le Web ou en personne, est une activité réglementée. Aussi, avant de transiger, l’investisseur devrait toujours effectuer des vérifications auprès de l’Autorité. Toute entreprise offrant des services de négociation et d’investissement en ligne aux Québécois doit avoir été agréée par l’Autorité et autorisée à mettre en marché ses dérivés.

De nouvelles plateformes identifiées

L’Autorité met à jour, ci-après, sa liste des sites Web qui ont été portés à son attention et qui ne sont pas autorisés à offrir de produits et services d’investissement au Québec. Les sept plateformes les plus récemment identifiées comme suspectes sont présentées en gras dans la liste ci-bas.

Des mises à jour sont effectuées lorsque de nouveaux sites non autorisés sont portés à notre attention. Vérifiez régulièrement notre section Mises en garde pour vous assurer d’avoir accès à la liste la plus à jour. Cette liste n’est pas exhaustive; assurez-vous de toujours vérifier que la personne ou la compagnie avec qui vous vous apprêtez à investir est dûment autorisée.

Plateformes transactionnelles non autorisées au Québec

5markets.com
247binary.com
777binary.com
2251ws.com
aaafx.com
accentforex.com
amberoptions.com
anyoption.com
askobid.com
avafx.com
AvaOption.com
avatrade.ca
avatrade.com
bancdebinary.com
bforex.com
binareo.com
financial-advice.com
finexo.com
fioptions.com
forextrada.com
frxbanque.com
fxlite.com
fxntrade.com
gdbrokers.com
gfcmarkets.com

goforex.com
gtoptions.com
icmtrading.com
iforex.com
ilq.com.vn
leaderoption.com
liteforex.org
lite-forex.com
markets.com
netotrade.com
nrgbinary.com
onetwotrade.com
plus500.com
PrestigeBanq.com
stockpair.com
strongoptions.com
sycamoreoptions.com
tradersking.com
traderush.com
triumphoption.com
ufxmarkets.com
vaultoptions.com
xm.com
youtradefx.com
ytfxaffiliates.com

 L'Autorité des marchés financiers est l’organisme de réglementation et d'encadrement du secteur financier du Québec.

– 30 –

Information :

Journalistes seulement :
Sylvain Théberge : 514 940-2176

Centre d’information :
Québec : 418 525-0337
Montréal : 514 395-0337
Autres régions : 1 877 525-0337
Twitter : @lautorite

Haut de page